Scrivener facilite l’écriture de tous les documents

Cet article  concerne la version 2 du logiciel Scrivener. Si les principes restent les mêmes certaines manipulations décrites ici peuvent être différentes sur la version 3, plus récente.

Qu’est-ce que Scrivener ?

 Scrivener est un logiciel de traitement de texte spécialement conçu pour les auteurs qui permet de structurer aisément l’écrit, gère la documentation nécessaire ainsi que les différentes notes de travail liées au travail d’écriture.
Son concepteur Keith Blount l’a développé au début des années 2000 pour mener son propre projet d’écriture. Il continue aujourd’hui à le développer dans le cadre d’une société anglaise : Literature & Latte’s. Scrivener est disponible à l’essai durant 30 jours ou pour le prix de 35 euros environ, en version Macintosh, Windows, et quoique de façon non officielle, aussi pour Linux.

A quoi sert Scrivener ?

Ecrire, c’est répondre à un certain nombre de contraintes face auxquelles les habituels logiciels de traitement de texte ne sont pas vos meilleurs amis.
Ainsi, un long document doit être bien structuré : il faut établir un plan, hiérarchiser l’ensemble. Pour cela, il faudra parfois déplacer un paragraphe, scinder un chapitre en de multiples éléments. Or les éditeurs de texte les plus courants sont conçus pour mener une écriture linéaire : à l’exception d’un mode plan peu convivial, tout s’affiche d’un seul tenant, de haut en bas ce qui rend complexe les opérations de restructuration. Il faut aussi gérer une documentation abondante faite de fichiers divers (pages web, fichiers pdf) et de vos indispensables notes de travail.
Logiciel conçu pour les auteurs, Scrivener répond à ces contraintes : il permet d’écrire sous la forme de multiples notes, de les disposer, comparer, réviser, assembler à volonté jusqu’à la décision d’établir le document final. Ses fonctions d’annotations du contenu permettront de marquer des passages spécifiques (ceux qui mentionnent un personnage, un nom de société) afin de les trouver facilement. Comme un bon gestionnaire d’information, Scrivener rassemble dans un même fichier votre écrit en cours, vos notes de travail ainsi que la documentation, textes ou images. Enfin, composer un document long et difficile demande une forte attention : Scrivener permet de se concentrer sur la seule écriture, en attendant la compilation finale où sera traitée la mise en page.

A quoi ressemble Scrivener quand on le prend en main ?

  1. Ce premier panneau s’appelle le Binder. Il contient les dossiers et votre document découpé en autant d’items que vous le souhaitez. Vous pouvez à tout moment modifier la hiérarchie, déplacer, scinder un item ou en regrouper plusieurs.
  2. Le dossier Research : c’est ici que vous pourrez placer la documentation utile à votre projet d’écriture : des articles au format pdf, des pages web, des images, des documents bureautiques.
  3.  Une zone pour écrire ou voir le texte. Il est possible de voir plusieurs items cote à cote. Notez que Scrivener dispose aussi d’un mode plein écran idéal pour écrire sans distractions : l’écran d’ordinateur se remplit du texte seul.
  4.  Zone synopsis et métadonnées : ici les commentaires sur votre travail qui ne figureront pas dans le document final,  ainsi que des métadonnées comme le statut du texte : premier brouillon, second brouillon, à faire, terminé.

scrivener3

En un clic, on passe d’une vision qui permet d”écrire à une vue de l’ensemble des notes sélectionnées sur un corkboard ou un panneau de liège. Ce n’est plus le texte destiné à être publié qui apparaît, mais vos notes de travail. Cette vision synoptique est parfaite pour prendre des décisions : déplacer, regrouper, supprimer un item, etc.

scrivener4

Pour gérer votre projet d’écriture, vous pouvez afficher un aperçu de type plan nommé Outliner. Vous verrez alors les métadonnées utiles assignées à chaque item : titre, synopsis, statut, nombre de mots, etc.

De nombreuses fonctionnalités qui facilitent le travail d’écriture

  • La possibilité de faire des arborescences de dossiers, mais aussi des items de texte, afin de structurer comme vous le désirez.
  • La possibilité d’insérer des notes de bas de page qui feront partie du texte final, et des commentaires en cours d’écriture qui n’en feront pas partie.
  • Des mots-clefs assignés aux items de votre choix : cela permet par exemple de noter les passages qui citent une société ou un personnage, afin de les trouver facilement.
  • L’automatisation des sauvegardes que l’on peut associer à l’utilitaire Dropbox (ou un de ses concurrents) afin que le travail soit sauvegardé dans le “cloud” et hors de portée des possibles plantages de l’ordinateur.
  • Des snapshots ou instantanés du texte : il s’agit d’une version d’un item figée au moment de votre choix. Vous êtes libre alors de modifier la version, ou de revenir en arrière, et même de comparer plusieurs versions afin de retenir celle qui vous convient le mieux.

Et l’oeuvre finale…

Compiler le document, c’est produire l’oeuvre finale : il est possible d’exporter votre travail vers de nombreux formats, doc, pdf, ou des formats propres à l’ebook comme l’epub ou mobi (Amazon Kindle). A ce stade, de nombreux réglages sont possibles, comme la sélection des élements qui seront présents ou non dans le document, les sauts de page, etc.

Associer Scrivener à un logiciel de mindmapping

Le mindmapping (ou réalisation de cartes heuristiques) est une technique qui facilite l’organisation des idées en utilisant la visualisation des informations sous forme de carte arborescente proche du cheminement associatif naturel de la pensée.
Si les logiciels de Mindmapping ne disposent pas des mêmes fonctionnalités d’aide à l’écriture que Scrivener, ils sont excellents pour aider à trouver des idées, et pour construire un plan d’ensemble.
Il est possible d’utiliser les deux outils dans un process d’écriture : écrire les premières idées, créer un plan à l’aide d’une mindmap, puis reprendre ce plan à l’aide de Scrivener. En effet, la version Mac et bientôt la version Windows permettent d’importer des cartes réalisées avec des logiciels de mindmapping. Cette courte vidéo montre le dispositif.
Associer Scrivener à un logiciel de gestion des références bibliographiques
Si vous rédigez un texte érudit, vous devrez insérer de nombreuses références bibliographiques. Il vous sera possible de combiner l’utilisation de Scrivener et d’un logiciel de gestion et d’insertion des références comme Endnote, Zotero ou Mendeley (Voir ce tutoriel )

Voici une série de nouveaux articles destinés à ceux qui veulent découvrir et pratiquer Scrivener et bénéficier d’un tour d’horizon plus détaillé sur ses fonctionnalités et ses usages.

1/6 Présentation du logiciel, l’interface, projets et modèles
2/6  Travailler avec le classeur, structurer son projet d’écriture
3/6 Visualisations et aide à la décision : modes « tableau d’affichage » et « plan »
4/6 Les métadonnées : classer et répertorier écrits et documentation
5/6 Notes et commentaires : commenter et annoter ses écrits
6/6 La compilation : produire le document final

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: